J                                                                   J

M U R U R U T U    (1)

MAYOTTE : AZURITE ou MALACHITE ? (2)

Bleu insondable du lac Dziani, sous la voûte étoilée,

Verts vigoureux des basaltes noirs qui s’enfoncent dans les flots à Bambo-Ouest,

Bleu cristallin du ciel aigue-marine de Petite Terre à l’aube,

Vert suintant des palétuviers emmêlés de la mangrove de Passamainty,

Bleu tonnerre d’un orage qui gronde sur Ouangani, avant de déverser ses cataractes,

Verts lumineux des bananiers de Bouyouni, qui s’éclairent jusqu'à la transparence à contre-jour,

Verts argentés de ces mêmes bananiers, alanguis au clair de lune,

Bleu houleux du lagon roux de M’Tsapéré, à marée basse,

Vert discret du feuillage des baobabs bedonnants à la lisière des plages de Bandrélé.

Bleu métallique de la carangue furtive de l’îlot au sable blanc,

Bleu pervenche des milles fleurs des coraux, au frangeant de N’Gouja ,

Vert poivré des tamarins orgueilleux de Tsingoni, bruissant sous l’alizé.

Bleus subtils de la passe en « S », ouverture malicieuse dans la barrière de corail,

Verts éventails des feuilles lacérées des nobles cocotiers de Kani-Kéli,

Bleu turquoise d’un perroquet placide, broutant le corail à Saziley,

Vert duveteux des timides sensitives tapissant le bord des chemins à Barakani

Vert granuleux des combawas parfumés des hauts de Coconi,

Bleu ambré d’une pirogue safran, endormie sur un banc de sable de la rivière Sakouli,

Verts acidulées des mangues oblondes, présentées sur le marché, par lot de quatre.

Bleu éternel de l’océan lapis-lazuli, au delà du récif d’Acoua.

Verts inconstants du caméléon qui s’agrippe aux branchages de l’arbre à voyageur et devient

Vert brun lorsque je l’énerve avec un roseau, puis vire au

Bleu mauve lorsqu’il rencontre une « femelle »...

Vert joyeux des tisserins impassibles du mont Choungui,

Bleu oasis des badamiers-tonnelles ombrant le grève brûlante de Boueni,

Vert fluorescent du gecko familier, équilibriste mangeur d’insectes de ma varangue.

Bleu saphir d’eau de la rainette naïve des mares assoupies de Combani,

J                                                                   J

(1) En Swahili ancien, cela signifie « sulfate de cuivre »; mais cela ne se dit pas, cela se murmure ...

(2) Aucune collection de minéraux, la plus belle soit-elle, ne peut rivaliser avec les verts et les bleus de Mayotte